4.153 sur 10.000 signatures

Cette pétition vous est adressée par Franziska Brantner MdB verte et Sven Giegold MPE vert

L'Europe est un enjeu important dans cette deuxième phase de la présidentielle française. A l'issue du premier tour, M. Macron a pu arriver en tête avec une position clairement pro-europénne. Mais presque 45 pour cent ont aussi voté contre l'Europe. Pour être honnête, nous devons ajouter: c'était aussi un vote contre l'hégémonie allemande en Europe. Tous ceux qui ont polémiqué et scandé contre l'Europe, ont aussi protesté contre le prétendu "dictat allemand".

Le malaise sur l'Europe est lié aussi à la politique allemande. Emmanuel Macron a, comme beaucoup d'autres experts, correctement critiqué les excédents allemands qui contribuent fortement aux déséquilibres de la zone Euro. A priori, une économie allemande forte à l'export ne doit pas nuire à la zone Euro. Au contraire!

Mais au lieu d'utiliser ces gains pour des investissements durables en Allemagne et en Europe et que l’Etat promeuve les conditions pour une hausse des salaires, ces gains mènent à un endettement plus élevé des autres pays vis-à-vis de l'Allemagne.

Mais au lieu d'utiliser ces gains pour des investissements durables en Allemagne et en Europe et au lieu de promouvoir des conditions pour une hausse des salaires, ces gains mènent à un endettement plus élevé des autres pays vis-à-vis de l'Allemagne. Ainsi ce sont non seulement les dettes des partenaires qui augmentent mais aussi leur frustration vis-à-vis de l'Allemagne et le marché commun.

Aussi, c'est pour cette raison que l'Allemagne ne peut refuser ce nouveau débat sur les propositions de réforme constructives sur le futur de l'Union qui émanent de la campagne présidentielle française. Elle devrait au contraire accueillir positivement ces propositions. Le Président Hollande lui aussi avait voulu réformer l'Europe. Il a vu la porte fermée. Nous ne devons pas commettre à nouveau cette erreur. Si nous ne réussissons pas à réformer l'Europe avec un Président Macron, nous aurons déjoué les chances de l'Europe.

L'Allemagne en tant que puissance économique importante a une position clé au sein de l'Europe et devrait, ne serait-ce que dans son propre intérêt, avoir intérêt à des partenariats stables et égaux. Nous voulons réagir aux propositions concrètes faites par Emmanuel Macron et Benoît Hamon. Ils ont fait des propositions pour une UE plus démocratique, solidaire, durable, et présenté des pistes d'avenir pour sortir de la crise de l'Euro.

En Allemagne aussi beaucoup souhaitent une meilleure Europe plus solidaire. A travers cet appel, nous voulons nous saisir des propositions de nos partenaires français pour mettre en mouvement les réformes nécessaires aussi tôt que possible après les élections.

Nos propositions pour une réforme de la zone euro se structurent autour de trois axes principaux:

1. Une alliance des parlements pour démocratiser la zone euro

Les mécanismes de sauvetage de l'Euro ont été créés en dehors des traités européens existants. Ils manquent ainsi tant de légitimité démocratique que d'un contrôle parlementaire efficace. Les parlements nationaux sont impliqués dans la gouvernance de la zone euro par leurs prérogatives vis-à-vis de leurs gouvernements nationaux. Mais les parlementaires nationaux débattent de ces sujets sous une forte pression de temps. Ils ne débattent pas en commun avec des collègues de la zone euro, ni même avec les parlementaires des pays concernés. Il en résulte que les bonnes solutions européennes sont plus difficiles à identifier et à mettre en oeuvre. L'influence des parlements dans la politique de l'euro n'en est que diminuée et les gouvernements nationaux concentrent les pouvoirs alors même qu'ils sont toujours sous la pression à livrer des résultats aux opinions publiques nationales. Face à ce constat, nous proposons une alliance des parlements. Le mécanisme européen de stabilité (MES) doit être transformé dans un véritable Fonds monétaire européen placé sous le contrôle du Parlement européen. Ceci est aussi un signal clair à tous ceux qui ne sont pas encore membres de la zone Euro: Le renforcement de la zone Euro n'est pas dirigé contre vous. Pour autant nous voulons impliquer les députés nationaux étroitement dans les débats et les votes. Avant chaque vote important sur des crédits ou mémorandums, il doit y avoir un débat commun entre les députés nationaux et européens. Ceci est d'ores et déjà possible dans le cadre actuel du MES et devrait se faire sans délai. Nous souhaitons que les députés voient plus loin que le bout de leur nez et que, par exemple, un député allemand regarde droit dans les yeux son homologue grec, et un français son collègue irlandais.

2. Un budget commun pour la zone euro

L'idée d'un budget commun pour la zone euro était portée par MM. Hamon et Macron. Nous soutenons l'idée en général et attendons que ce budget servira à investir dans les innovations communes, à soutenir les pays en situation critique et qu'il combatte les crises économiques.

L'accès aux fonds de ce budget ne devrait pas seulement être soumis aux seuls critères de finance publique mais aussi à des critères sociaux: il s'agit d'atteindre la stabilité financière sans nourrir le dumping social et fiscal. Les investissements devaient soutenir en priorité des projets dans les régions "en décrochage" et contribuer au développement d'une identité européenne chez les citoyens. Par exemple: Chaque citoyenne européenne et chaque citoyen européen devrait avoir la possibilité de bénéficier d'un séjour d'un an dans un autre pays européen pour l'éducation ou la formation professionnelle et continue: un Erasmus pour tous, indépendant de l'âge, du niveau d'éducation ou de la profession!

Les infrastructures de transport en Europe se résument à un puzzle de pièces de réseaux ferroviaires. Pour que l'on puisse voyager à travers l'Europe de manière non polluante, agréable et rapide, nous voulons construire un véritable réseau ferroviaire européen. Nous avons besoin d'une culture de StartUp européenne dans le numérique et dans d'autres secteurs d'avenir pour encourager la protection des données personnelles et les innovations Made in Europe. Le déploiement des énergies renouvelables et celui du très haut débit partout en Europe devrait être soutenu par ce budget commun.

Pour le financement de ces projets d'avenir importants, nous soutenons la demande faite par MM. Macron et Hamon d'un taux minimum commun pour l'impôt sur les bénéfices des sociétés. Ce serait aussi un grand pas dans la lutte nécessaire contre le dumping fiscal en Europe.

3. Renforcer la cohésion sociale

L'Europe doit garantir un minimum de droits sociaux à chaque citoyenne européenne et à chaque citoyen européen, et des standards communs pour l'accès à l'éducation, à l'assurance-maladie et assurance chômage et un salaire minimum en relation avec le niveau de vie.

Les normes européennes ne peuvent pas passer par pertes et profits des traités de commerce avec des pays tiers. Nous voulons pour cela transformer la politique commerciale de l'UE. Les accords commerciaux que nous souhaitons conclure combattront le dumping social et fiscal au niveau global. Ils contiendront des clauses sociales et environnementales obligatoires pour promouvoir le commerce de produits durables et équitables. Et si un partenaire venait à contrevenir à ces normes, des sanctions suivront. Afin d'assurer le contrôle du respect de ces normes, nous soutenons l'idée une surveillance commerciale européenne.

Les propositions de réforme que nous esquissons ici répondent aussi aux aspirations des citoyens qui manifestent chaque dimanche pour l'Europe en milliers, autour du mouvement 'Pulse of Europe'. Ce mouvement pro-européen a commencé en Allemagne et s'est depuis répandu rapidement dans notre pays voisin et dans un total de onze pays. Une des images fortes restera le défilé sur le "pont des deux bords" qui lie Kehl dans le Baden-Württemberg à Strasbourg du côté français: 2000 Français et Allemands ont manifesté en commun pour l'Europe.

Leur demande d'une Europe meilleure et plus forte doit être entendue, et c'est le sens de nos propositions. Justement si les citoyens français se décident pour l'Europe et contre l'isolement, nous aurons plus que jamais besoin d'un mouvement dans les rues pour inciter les gouvernements à utiliser cette nouvelle marge de manoeuvre pour une telle Europe.

Notre proposition s'adresse aussi aux Allemands - pour aller dans le sens d'une politique européenne plus courageuse et qui ne s'attire pas la colère des autres au travers d'une politique trop réduite à l'idée de faire des économies, mais prenne en compte les idées de réforme émergeant de la France et devienne ensemble avec la France un précurseur et pionnier d'un tournant positif pour l'Europe. En Europe, on avance en alliance. Les démarches unilatérales mènent droit dans le mur. Notre proposition est donc une petite pierre à l'édifice d'une politique européenne qui émane des citoyens, qui soit construite avec les citoyens et pour les citoyens – pour une Europe future des citoyens. Nous aimerions réagir à leur demande et entamer le chemin ensemble avec nos partenaires et amis français. Ce n'est pas seulement la France qui a besoin de réformes, mais aussi l'Allemagne et l'Europe. Faisons le. Ensemble.

Jörg Asmussen
Hartmut Bäumer
Prof. Dr. Gerhard Bosch
Dr. Franziska Brantner
Prof. Dr. Hauke Brunkhorst
Frank Bsirske
Prof. Dr. Klaus Busch
Daphne Büllesbach
Prof. Dr. Stefan Collignon
Dr. Michael Dauderstädt
Prof. Dr. Sebastian Dullien
Sven Giegold
Prof. Dr. Ulrike Guerot
Prof. Dr. Gustav Horn
Robert von Heusinger
Prof. Dr. Wolfgang Knöbl
Dr. Martin Koopmann
Antje Kunstmann
Prof. Dr. Stephan Lessenich
Prof. Dr. Ulrike Liebert
Ulrich Lilie
Albrecht von Lucke
Dr. Robert Menasse
Robert Misik
Prof. Dr. Armin Nassehi
Prof. Dr. Julian Nida-Rümelin
Prof. Dr. Claus Offe
Dr. Elisabeth Raiser
Dr. Konrad Raiser
Dr. René Repasi
Dr. Angelica Schwall-Düren
Prof. Dr. Gesine Schwan
Heidemarie Wieczorek-Zeul
Prof. Dr. Michael Zürn

Partagez autour de vous !

Merci d’avoir agi.
Démultipliez votre impact: partagez cette campagne en utilisant les outils à droite!